top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Croquis de plage, été 2023.

Une longue chemise presque trop blanche,

trop neuve, un foulard à la pirate sur la tête,

du dorée aux oreilles, des lunettes noires

qui donnent cet air peu aimable.

La montre en acier avec les indispensables bracelets,

deux sur le poignet droit, trois sur le gauche,

des lèvres trop fines tracent un trait horizontal

sur ce visage fermé et bronzé comme le reste du corps

qui témoigne d’une fréquence assidue de la plage.

Dés que son mari, amant ?, la fait rire

il s'éclaire pourtant d'un sourire joyeux.

Lui, dans un maillot qui date immédiatement

la génération dont il fait partie.

Le corps toujours athlétique , les cheveux cours

sont bruns parsemés de blancs ou le contraire,

le torse velu, une barbe dans la même teinte de gris blanc.

Le genre de mâle qui est sûr de son effet

sur certaine femme.

Les inévitables bracelets aux poignets deux à droite autant

à gauche qui encerclent la montre, elle aussi en acier.

Ils sont allongés parallèlement à la plage dans l'axe du soleil

sur des serviettes colorées, trop colorées.

Un panier en corde décoré du Maroc,

ses ongles argentés brillent dans le soleil.

Une apparence trop apparente.


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentarios


bottom of page