top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Jeu, set et match

La politesse c’est comme la confiance,

c’est une partie qui se joue au moins à deux.

Si l’un est poli, l’autre non, la partie est déjà finie.

Si l’un est poli et l’autre répond à l’invitation,

le jeu a commencé.

Il peut s’arrêter après un échange

ou se prolonger plus longtemps.

Il n’y a pas de normes,

créer un échange même sans mots, suffit.

Un regard à quatre yeux.

La partie de politesse a le privilège

de n’avoir que des gagnants.

Les joueurs partent en général

avec le sourire discret de celui qui a compris

et a été compris sans avoir eu à convaincre,

seulement avec des silences entendus et des demi-mots.

C’est léger comme un voyage

sur coussin d’air ou en tapis volant.

Peut-être parce qu’il n’y a rien à gagner de quantifiable,

seulement une civilité collective augmentée,

Chacun en sort mutuellement enrichi.

Tout le monde y gagne quelque chose

sans que cela ne coûte rien à personne.

Magique, non ?

En plus, on peut s’entrainer tout seul,

en étant aimable avec soi-même.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page