top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’air de rien.

Certains mots par leurs répétitions

endorment notre discernement,

nous voilà pris comme la grenouille

dans l’eau froide de la casserole

que l’on va réchauffer petit à petit

jusqu’à ce qu’elle meure ébouillantée

sans s’en rendre compte.

D’autres portent en eux les germes

d’une l’idéologie ou d’un dogme,

ils vont peut-être d’abord nous envelopper

dans une caresse bien réconfortante au début,

comme une douche d’eau, d’abord chaude

qui va rafraichir petit à petit jusqu’à se transformer

en glace pour nous figer dans ses certitudes.

Il faudra trouver d’autres mots

pour agir comme la fusée de détresse

déchire la nuit noire et illumine le naufragé en mer.

Cet éclair autant lumineux que chaleureux

va faire exploser la sculpture de glace

et autoriser un mouvement de liberté

vers un nouvel élan de vie.

Be awake.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La vie est une symphonie avec son début et sa fin. Entre les deux, le doute accompagne ce mouvement Enlaçant tantôt les notes joyeuses tantôt les tristes. Les deux nous accompagnent dans un rythme à l

« Si vos proches sont loin, cela montre que tout commence à s’élargir autour de vous. Et si votre monde proche est loin, alors votre vaste monde est immense, il est déjà dans les étoiles. Réjouissez-v

Les mots surgissent sur la page blanche comme les coquelicots au-dessus de l’herbe verte. On ne sait jamais exactement quand ils apparaitront. Ce n’est pas une affaire de volonté, mais de temporalité.

bottom of page