top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’air de rien.

Certains mots par leurs répétitions

endorment notre discernement,

nous voilà pris comme la grenouille

dans l’eau froide de la casserole

que l’on va réchauffer petit à petit

jusqu’à ce qu’elle meure ébouillantée

sans s’en rendre compte.

D’autres portent en eux les germes

d’une l’idéologie ou d’un dogme,

ils vont peut-être d’abord nous envelopper

dans une caresse bien réconfortante au début,

comme une douche d’eau, d’abord chaude

qui va rafraichir petit à petit jusqu’à se transformer

en glace pour nous figer dans ses certitudes.

Il faudra trouver d’autres mots

pour agir comme la fusée de détresse

déchire la nuit noire et illumine le naufragé en mer.

Cet éclair autant lumineux que chaleureux

va faire exploser la sculpture de glace

et autoriser un mouvement de liberté

vers un nouvel élan de vie.

Be awake.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentários


bottom of page