top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L'ange assis sur le nuage qui passe.

Je t’aime tant

que je désire tes silences.

Les silences se plantent là

sans rien dire comme un étranger qui se tait.

Ce dernier comme le silence

embarrasse tous ceux qui sont autour,

sauf moi. Je t’aime,

J’aime tout de toi,

tes silences en font partie,

puisque ce sont les tiens.

Je les attends,

Je les regarde,

Je reconnais leurs poids et leurs textures.

Ils sont toujours différents,

légers, ou au contraire

lourds et orageux,

intense avec une pointe d’acidité,

rieurs, interrogatifs, songeurs,

parfois ils sont aussi seulement des silences.

Je les aime tous, tels qu'ils se présentent ,

ce sont les tiens.

Je t'aime.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page