top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L'ange assis sur le nuage qui passe.

Je t’aime tant

que je désire tes silences.

Les silences se plantent là

sans rien dire comme un étranger qui se tait.

Ce dernier comme le silence

embarrasse tous ceux qui sont autour,

sauf moi. Je t’aime,

J’aime tout de toi,

tes silences en font partie,

puisque ce sont les tiens.

Je les attends,

Je les regarde,

Je reconnais leurs poids et leurs textures.

Ils sont toujours différents,

légers, ou au contraire

lourds et orageux,

intense avec une pointe d’acidité,

rieurs, interrogatifs, songeurs,

parfois ils sont aussi seulement des silences.

Je les aime tous, tels qu'ils se présentent ,

ce sont les tiens.

Je t'aime.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page