• Arthur Baudon Vernet

L’anguille aura le dernier mot.

Dernière mise à jour : 16 sept. 2021

L’usage des mots reste singulier,

ils ont peu d’effets visuels, peu d’artifices.

En les prononçant, en les écrivant

ils scellent un signifiant apparemment sans doute,

sans marge d’erreur et pourtant,

ils laissent l’interprétation du lecteur totalement libre.

Ils sont stricts, mais ouverts,

rigides et pourtant souples avec le lisant.

Leur nature est proche de celle de l’eau.

Ils sont tour à tour dur, vaporeux,

transparents, opaques

et secs quand ils se sont évaporés.

Ils peuvent remplir et se vider.

Ils filent entre les pages comme entre les doigts.

Pourtant, ils impriment dans notre cerveau

une trace comme un pas dans l’argile humide.

Parfois, on voit mieux ensuite la trace de la semelle

que sur l’original de la chaussure.

Les mots servent aussi à ça,

ils pointent du doigt, attirent notre regard

sur ce qui est essentiel comme

pour nous éclairer la route, nous montrer le chemin.

Tous ces mots qui font des phrases,

des cailloux qui dessinent le chemin à suivre.

Certains plus tendus que d’autres

resteront plantés dans notre esprit.

D’autres disparaitront pour ressurgir

un jour peut-être pour en s’associer à un autre.

D’autres sortent plus souvent de cette réserve

qui grandit sans cesse alimentée

par les propos entendus, les écrits.

Un flux continue de mots

qui ne sont pas là seulement

pour désigner les choses

mais pour désigner l’élan de vie, le « vouloir dire ».

Ceux-là ont une volonté de nous faire comprendre

plus que ce qu’ils ne signifient vraiment.

Comme si certains criaient plus fort

pour se faire entendre

ou écartaient tous les autres

pour qu’on ne voit qu'eux

ou encore en gras, en capitale pour être sûr d'être vu.

Ce qui n’est pas non plus une garantie d’importance,

certains entre parenthèse auront parfois plus de poids,

sans compter ceux en italiques ou logé entre deux virgules.

Insaisissables vous dis-je comme l’eau ou l’anguille.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau