• Arthur Baudon Vernet

L’auberge espagnole.

Le langage nous joue des tours

et nous jouons aussi avec lui.

On écoute souvent le sens de ce qui est dit

plutôt que ce qui est vraiment dit,

mais quand ça nous arrange

on prête attention à ce qui est dit

plutôt qu’à ce qui a voulu être dit.

Parfois il n’y a aucun décalage

entre ce qui a voulu être dit

et ce qui est dit,

ça c’est quand on ne dit rien.

Quand on décrit le temps qu'il fait par exemple,

ou qu’on déroule un raisonnement rationnel,

économique par exemple.

Dès que l’on s’écarte du rationnel,

c’est-à-dire presque tout le temps,

l’intention à exprimer et la réalité de l’expression

sont deux choses différentes.

En plus, celui qui écoute,

écoute ce qu’il veut et

comprend aussi ce qu’il veut

On n’est pas sortie de l’auberge !



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.