• Arthur Baudon Vernet

L’auberge espagnole.

Le langage nous joue des tours

et nous jouons aussi avec lui.

On écoute souvent le sens de ce qui est dit

plutôt que ce qui est vraiment dit,

mais quand ça nous arrange

on prête attention à ce qui est dit

plutôt qu’à ce qui a voulu être dit.

Parfois il n’y a aucun décalage

entre ce qui a voulu être dit

et ce qui est dit,

ça c’est quand on ne dit rien.

Quand on décrit le temps qu'il fait par exemple,

ou qu’on déroule un raisonnement rationnel,

économique par exemple.

Dès que l’on s’écarte du rationnel,

c’est-à-dire presque tout le temps,

l’intention à exprimer et la réalité de l’expression

sont deux choses différentes.

En plus, celui qui écoute,

écoute ce qu’il veut et

comprend aussi ce qu’il veut

On n’est pas sortie de l’auberge !



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos