top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’effet Costes.

Parfois, il y a des loupés, curieusement,

c’est souvent quand il y a peu de monde.

Les équipes ne trouvent plus leur rythme, normal,

c’est quand c’est plein que ça swingue.

Alors que dans tous les autres établissements,

c’est le contraire !

L’effet Costes sans doute ?

Super, super, les asperges !

J’adore les asperges, il parait que mon risotto est dingue,

mais bon, il y a asperge et asperge. 

Ici, la totalité est parfaitement croquante ! Dingue.

Une ambiance variée.

Du beauf tellement blindé qu’i se croit chic, ne faisant

pas le distinguo entre l’érotisme et le porno,

du jeune ou du vieux riche qui connait tous les codes,

tellement blasé d’enfiler les palaces du monde entier,

comme du puceau qui s’offre son premier palace curieux

de savoir ce qui se cache derrière ce mot.

Au-delà de l’accumulation de tous les détails

qui font qu’un palace est un palace,

l’espace de circulation comme celui des sanitaires

et l’adéquation des matériaux choisis

pour un palace à la plage témoignent

du regard vraiment très pointu du créateur sur sa créature.

C’est finalement l’équipe ou plutôt les équipes

qui animent le lieu qui portent l’estocade..

Chaque client aura sa préférence,

les personnalités des membres de l’équipage

sont diversifiés, mais ici, pas de jeu de rôle,

pas de script, chacun joue la partition de lui-même,

et d’ailleurs le rôle du chef d’orchestre est de faire

en sorte que cette différence s’exprime.

La singularité du lieu en sera grandie.

Quel Maitre en Alchimie !

Cerise sur le gâteau, la durée de vie des équipes.

Pour le client régulier, c’est du pain béni,

il est connu puis reconnu,

on connait ce qu’il apprécie ou pas, 

et à la longue, il n’est plus client, il fait partie de la famille.

Quant à celui qui franchit la porte pour la première fois,

il comprend , et n’a qu’une envie : en faire partie.

Alors forcément il revient vite.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

ความคิดเห็น


bottom of page