top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L'embarras des larmes.

Ce ne sont pas celles de la tristesse,

de la peur, de la souffrance,

du désespoir, de la douleur

de la rage ou de l’injustice.

Les larmes de joies dérangent

plus les autres que celui qui les produit.

Leur existence donne une texture à la joie,

soudainement devenue salée,

chaude et réelle puisque je les sens

couler sur mes joues.

La rencontre de mes sens et de mon esprit

a fait jaillir un mot se transformant aussitôt en larmes.

Quelle extravagance !

Comment cette rencontre peut-elle faire jaillir de l’eau ?

Une émotion métamorphosée en matière liquide.

Mes larmes, une invitation à pleurer ensemble,

c’est peut-être pourquoi

elles sont si embarrassantes pour l'autre.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Le contenu et le contenant

Un déménagement heureusement prend un certain temps. Ce temps permet de prendre conscience de la quantité d’objets inutilement accumulés de la beauté oubliée de certains, des souvenirs toujours vivace

Σχόλια


bottom of page