top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L'embarras des larmes.

Ce ne sont pas celles de la tristesse,

de la peur, de la souffrance,

du désespoir, de la douleur

de la rage ou de l’injustice.

Les larmes de joies dérangent

plus les autres que celui qui les produit.

Leur existence donne une texture à la joie,

soudainement devenue salée,

chaude et réelle puisque je les sens

couler sur mes joues.

La rencontre de mes sens et de mon esprit

a fait jaillir un mot se transformant aussitôt en larmes.

Quelle extravagance !

Comment cette rencontre peut-elle faire jaillir de l’eau ?

Une émotion métamorphosée en matière liquide.

Mes larmes, une invitation à pleurer ensemble,

c’est peut-être pourquoi

elles sont si embarrassantes pour l'autre.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page