top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La danse macabre.

Le plus terrible, finalement, c’est d’avoir peur.

J’ai peur d’avoir peur !

La peur noircit et rétrécit celui qui la porte.

Habillé ainsi d’un corset noir

qui va se transformer en camisole bien serré.

On ne peut plus bouger et on a froid.

On n’y voit rien et surtout,

on ne veut rien voir,

rien entendre.

On ne peut rien penser non plus

et impossible de bouger,

d’agir sauf d’agitations frénétiques

propulsés par des pulsions

pour éviter de penser,

pour se distraire.

Sauf à échafauder des visions d’horreur

que nous pensons inévitables.

Une assurance de la catastrophe.

Comment pourrait-il en être autrement ?

La certitude du pire,

l’ami inséparable de la peur.

Un couple qui nous étourdit

dans sa danse au rythme

de plus en plus endiablé.

L’enfer, nous y sommes !

Quand vont il s’arrêter de danser

cette valse maudite ?

Deux temps de certitude, deux de peur.

Il suffira d’une fausse note

dans cette macabre mélodie.

Peut être un doute

qui va fissurer la certitude

ou un sourire qui va surprendre la peur.

Oser l’action d’aller voir l’autre

pour demander une aide

ou un conseil

puis oser une réflexion ,

se laisser envahir par le doute

et l’action et commencer

à danser une tout autre danse

qui va faire exploser le corset noir

le transformer en or brillant,

tellement brillant qu’il attire

autant le regard qu’il apporte

de la lumière là où il n’y en avait pas.

Emmuré dans la certitude et la peur,

l’illusion était une prison.

La réalité du doute et de l’action

a engendré un espace de liberté.


Comme disait l'autre:

"Au milieu de l’hiver j’ai découvert

en moi un invincible été "

A. Camus

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page