top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La douche est salée.

Dernière mise à jour : 30 janv. 2023

Il y a une urgence et un impératif à vivre,

qui entrainent parfois une confusion

entre exister et vivre.

Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens

de boissons, nourritures, sommeil,

de protection contre les intempéries

en portant des vêtements adaptés

et habitant un lieu de vie,

de partager nos émotions et nos réflexions

avec au moins un ami.

Mais pour vivre, il faut éprouver la joie de vivre.

Elle n’est pas continue comme le bonheur peut l’être.

Le bonheur , c’est peut-être l’absence de souffrance physique et psychique,

c’est d’apprécier un ciel bleu comme un ciel gris,

c’est de se rendre compte de la couleur bleu de l’eau

quand elle rafraichit ma gorge ,

sa tiédeur enveloppante quand elle lave et réconforte

mon corps sous la douche.

C’est d’aimer et d’être aimer.

Mais la joie, on la reconnait

sans faille aucune quand elle jaillit.

Souvent, à partir d’un rien auquel on aura fait attention.

En parvenant à faire advenir ce qui n’aurait

jamais exister sans nous et comprenant, à posteriori,

qu'il n’y avait que nous pour le mettre au monde,

quand on a trouvé le moyen de restituer aux autres

ce que l’on reçoit du monde.

Alors, en créant, on sait pourquoi on est là.

La joie surgit, elle est chaude comme l’eau de la douche,

elle coule salée le long de mes joues.

13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page