top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La fascination de l’humoriste.

Un excès qui s’autodétruit et détruit les autres,

ses amis, des innocents sont anéantis.

Un excès symbolique de notre temps.

Combler la peur par l’agitation.

Illusionner le vide par un trop plein.

Essayer de remplir un seau percé

avant d'avoir bouché ses fissures.

Pourquoi ne pas arriver à être pleinement

heureux de pleurer devant un coucher de soleil ?

Pourquoi ne pas arriver à se suffire d’être en vie ?

La seule personne avec qui on est absolument

sûr de passer le restant de sa vie, c’est soi-même !

Pourquoi ne pas se connaitre mieux ?

Apprendre à s’aimer un peu plus ?

Arriver à se regarder comme on est,

ni en trop plus, ni en trop moins,

et à essayer d’être pleinement un jour,

qui sait peut-être demain ?

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'un, puis l'autre.

La valeur de l’héritage est un leurre social. La transmission importe plus, il ne s’agit pas de transmettre des terres, des pierres, des entreprises, de l’argent, ni même des valeurs morales, mais de

La Pentecôte.

Ils se mirent à parler toutes les langues… À s’exprimer suivant le don de l’esprit… Chacun parle sa langue et l’autre le comprend immédiatement, voire intrinsèquement, une communication totale. Cette

Le déménagement

Un déménagement précède un emménagement. C’est comme le décollage et l’atterrissage, la gare de départ et celle d’arrivée. Entre les deux, un mouvement spatio-temporel qui nous égare. Nos émotions, no

Comments


bottom of page