top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La goutte d'eau qui prend l'air.

On ne fait pas un rêve, on le reçoit.

Les images, les mots, les sensations

sont livrées à une conscience engourdie par le sommeil

Une fuite entre deux mondes étanches,

l’inconscient et le conscient,

une ouverture improbable entre l’eau et l’air.

Une goutte d’eau deviendrait

d’air pour rendre compte à l’air.

Un courant d’air deviendrait filet d’eau

pour raconter une histoire d’eau avec du vent.

Faire voir à des yeux aveugles des images,

faire lire ou entendre des mots à un analphabète,

faire ressentir à un corps dépourvu

de sensibilités des sensations inconnues.

Comme si l’inconscient

bien plus conscient

qu’il n’y parait voulait tutoyer le conscient.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comentarios


bottom of page