top of page
  • Arthur Baudon Vernet

La pomme magique

Devant mes yeux,

la pomme tombe de son arbre.

L’agriculteur pense qu’il est temps

d’organiser la récolte.

L'artiste voit le vol de la pomme

au ralenti comme une poussière

piégée dans le faisceau lumineux

d’un rayon de soleil.

Il se met à dessiner, peindre, filmer, sculpter.

Newton y voit la pomme aimantée

par la Terre, il en déduit la force de gravité.

Le philosophe nourrit de son observation

du phénomène et de celle des trois autres

y trouve une possible illustration

de l'impermanence des choses et des êtres.

La même scène vue avec un certain

regard fait faire un pas de coté à son observateur.

Il est à la fois dedans et dehors.

L’artiste est immédiatement

projeté dans un monde

qui lui permet de faire des liens immédiats

entre des objets qui a priori n’en ont aucun.

Comment ça se produit ? Pourquoi ? D’où ça vient ?

Il s'abandonne dans son acte de création.

Il se laisse traverser

par cette lumière improbable

qui en éclairant ce qu’il a de plus intime

révèle aux yeux de tous

ce qu’ils ont en commun,

créant ainsi un autre lien improbable

connectant le singulier à l’universel.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page