• Arthur Baudon Vernet

La sueur du temps

A force de penser à un temps donné,

je suis dans ce temps donné.

A force de penser à un espace précis,

je suis dans cet espace précis.

Je visualise dans les deux cas

le temps et l’espace choisi.

Je peux voir cet espace

dans des temps différents.

Et même plusieurs temps

traverser plusieurs espaces.

Une autre dimension surgit.

Le temps perçu est plutôt un temps passé

qu’un temps futur, comme si le lieu

avait en lui la mémoire des temps passés

et qu’il livrait parfois un peu ses souvenirs

a qui y prêtait attention.

Comme si de temps en temps il suintait légèrement

et nous laissait capter des effluves du temps passé.

Ce n’est pas non plus parce que je le perçois que c’est vrai !

Nos sens nous trompent tellement !.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos