• Arthur Baudon Vernet

La sueur du temps

A force de penser à un temps donné,

je suis dans ce temps donné.

A force de penser à un espace précis,

je suis dans cet espace précis.

Je visualise dans les deux cas

le temps et l’espace choisi.

Je peux voir cet espace

dans des temps différents.

Et même plusieurs temps

traverser plusieurs espaces.

Une autre dimension surgit.

Le temps perçu est plutôt un temps passé

qu’un temps futur, comme si le lieu

avait en lui la mémoire des temps passés

et qu’il livrait parfois un peu ses souvenirs

a qui y prêtait attention.

Comme si de temps en temps il suintait légèrement

et nous laissait capter des effluves du temps passé.

Ce n’est pas non plus parce que je le perçois que c’est vrai !

Nos sens nous trompent tellement !.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.