top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La sueur du temps

A force de penser à un temps donné,

je suis dans ce temps donné.

A force de penser à un espace précis,

je suis dans cet espace précis.

Je visualise dans les deux cas

le temps et l’espace choisi.

Je peux voir cet espace

dans des temps différents.

Et même plusieurs temps

traverser plusieurs espaces.

Une autre dimension surgit.

Le temps perçu est plutôt un temps passé

qu’un temps futur, comme si le lieu

avait en lui la mémoire des temps passés

et qu’il livrait parfois un peu ses souvenirs

a qui y prêtait attention.

Comme si de temps en temps il suintait légèrement

et nous laissait capter des effluves du temps passé.

Ce n’est pas non plus parce que je le perçois que c’est vrai !

Nos sens nous trompent tellement !.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page