top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le bal des serveurs.

Ils se font la bise en enlevant leurs lunettes,

tous ont autour de la quarantaine voire plus.

Pantalon noir, chemise blanche, gilet noir,

tablier blanc serré dans le dos.

Les clients qui manifestent une impatience

à se faire servir sont totalement ignorés.

Ils mettent cette attente sur la pauvre qualité de service,

il n’en est rien.

Cette équipe vous jauge sans que

vous ne voyiez jamais leur regard se poser sur vous.

C’est animal, en pénétrant ce lieu, c’est leur territoire

que vous foulez, n’y est pas toléré qui veut.  

En étant simplement aimable ou mieux, un habitué,

les autochtones vous reconnaissent,

alors le voyage est tout autre.

Un sourire aux lèvres,

leurs regards absents voire hostiles

se parent d’un chaleureux sourire.

Bienvenue au Café de Flore !

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page