top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Il faut changer le code

Tétanisés par les injonctions qui ont obscurci leurs vues

certains êtres vivent comme des arbres :

"Immobiles".

Certes, les graines sont devenues plantes,

mais est-ce la nature de l’homme à rester immobile ?

Pétris de convictions, de certitudes,

ils répètent par le menu

la même litanie toute leur vie

pour eux-même comme pour les autres

qu’ils ne voient que comme des réplicants

pour propager leur idéologie.

Le dogme, un carcan qui empêche de respirer,

qui étouffe la liberté

qui autorise à exister, mais pas à vivre.

Il en existe de plusieurs types,

certains visibles comme les religieux, les politiques,

qui dans leurs expressions les plus extrêmes produiront

des fanatiques et des dictatures de toutes sortes,

mais les plus sournois sont ceux

qui sont maquillés par des sourires de bienveillance.

Sous un déguisement de codes sociaux

propres à un milieu géographique comme social,

ceux qui veulent en être ou qui en sont sans le savoir,

se reconnaissent ainsi entre eux.

Dans tous les cas, ils sont tous immobiles

même si on croit les voir bouger,

comme la tête des arbres par grand vent.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page