top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Il faut changer le code

Tétanisés par les injonctions qui ont obscurci leurs vues

certains êtres vivent comme des arbres :

"Immobiles".

Certes, les graines sont devenues plantes,

mais est-ce la nature de l’homme à rester immobile ?

Pétris de convictions, de certitudes,

ils répètent par le menu

la même litanie toute leur vie

pour eux-même comme pour les autres

qu’ils ne voient que comme des réplicants

pour propager leur idéologie.

Le dogme, un carcan qui empêche de respirer,

qui étouffe la liberté

qui autorise à exister, mais pas à vivre.

Il en existe de plusieurs types,

certains visibles comme les religieux, les politiques,

qui dans leurs expressions les plus extrêmes produiront

des fanatiques et des dictatures de toutes sortes,

mais les plus sournois sont ceux

qui sont maquillés par des sourires de bienveillance.

Sous un déguisement de codes sociaux

propres à un milieu géographique comme social,

ceux qui veulent en être ou qui en sont sans le savoir,

se reconnaissent ainsi entre eux.

Dans tous les cas, ils sont tous immobiles

même si on croit les voir bouger,

comme la tête des arbres par grand vent.


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page