• Arthur Baudon Vernet

Le marteau sur la corde.

Les mains et leurs doigts courent, sautent,

frappent, caressent, glissent, touchent,

effleurent, cognent les touches.

Les mains se croisent parfois

puis s’écartent pour ne plus se voir que de loin.

Marchent à nouveau ensemble côte à côte,

puis de plus en plus vite.

L’une plus ambitieuse gambade,

chevauche le plus de notes possibles,

l’autre distancée se concentre

sur quelques mouvements répétitifs.

A nouveau, elles courent ensemble de droite à gauche

puis de gauche à droite, voire séparément,

martelant les mêmes mots avec des tonalités différentes.

Cette conversation entre les deux mains

invite le public à participer :

Chut !

Sa participation est limitée à l’écoute.

Attention, en écoutant il va modifier

aussi l’état de l’émetteur,

comme l’observateur modifie l’état de l’observé.

La conversation s’est alors étendue

à plus grand que l’auteur seul.

Un « je ne sais quoi ».

La création d’une nouvelle dimension.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.