• Arthur Baudon Vernet

Le marteau sur la corde.

Les mains et leurs doigts courent, sautent,

frappent, caressent, glissent, touchent,

effleurent, cognent les touches.

Les mains se croisent parfois

puis s’écartent pour ne plus se voir que de loin.

Marchent à nouveau ensemble côte à côte,

puis de plus en plus vite.

L’une plus ambitieuse gambade,

chevauche le plus de notes possibles,

l’autre distancée se concentre

sur quelques mouvements répétitifs.

A nouveau, elles courent ensemble de droite à gauche

puis de gauche à droite, voire séparément,

martelant les mêmes mots avec des tonalités différentes.

Cette conversation entre les deux mains

invite le public à participer :

Chut !

Sa participation est limitée à l’écoute.

Attention, en écoutant il va modifier

aussi l’état de l’émetteur,

comme l’observateur modifie l’état de l’observé.

La conversation s’est alors étendue

à plus grand que l’auteur seul.

Un « je ne sais quoi ».

La création d’une nouvelle dimension.

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos