• Arthur Baudon Vernet

Le patron est le patron.

Quand il parle aux autres, il ne pense pas à lui, mais il pense aux autres.

Non pas aux autres, mais à ce que les autres pensent de lui.

Quand il a gelé il va dire :

- Que ça ne se reproduise pas !

Le gel est l’occasion de remémorer à l’autre que quoi qu’il arrive, c’est lui le patron et personne d’autre.

Il aurait pensé à l’autre, il lui aurait dit « Vous n’y êtes pour rien » pour témoigner de son empathie.

Il aurait pensé à lui-même, il aurait pensé, « ce n’est pas si grave, je peux affronter une année blanche »,

et il n’aurait rien dit pour ne pas montrer de faiblesse vis-à-vis de l’autre.

Quand il dit « que ça ne se reproduise pas »

Il pense à ce que l’autre pense de lui, et le met dans une position ou quoiqu’il advienne,

quoique l’autre fasse, il devra lui rendre des comptes à lui, le patron.

Même après Dieu.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.