• Arthur Baudon Vernet

Le photographe.

La montagne apparaissait lisse,

un rayon de lumière rasant à fait jaillir son relief.

Le tronc du cèdre centenaire était noyé dans sa forêt.

Un rayon fait surgir les aspérités de son épiderme,

encore fallait-il le voir.

Il ne s’agit pas d’avoir été ou d’être au bon moment,

il s’agit d’être attentif tout le temps

pour entendre l’inattendu frapper à la porte ,

remarquer l’imprévu à peine dissimulé,

capturer l’imprévisible comme on attrape un papillon

pour s’abandonner avec lui sans le blesser.

C’est une façon de vivre

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.