top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le temps de la cueillette.

Sortir de sa zone de confort,

mais aussi accepter de s’y prélasser.

Pouvoir attendre l’inattendu,

Accepter de ne pas accepter

les injonctions de la société,

autant de conditions pour pouvoir s’abandonner.

C’est-à-dire se donner,

devenir suffisamment transparent

pour se laisser transpercer par le monde,

demeurer suffisamment opaque

pour restituer sa lumière,

rendre la beauté, la connaissance,

l’amour avec un twist personnel,

non pas pour satisfaire son ego,

mais pour témoigner de son ipséité,

preuve de la vie vraiment vivante.

Un savant mélange d’attention

extrême et d’abandon,

d'habitudes et de surprises.

Dans ce déséquilibre

s’exprime le mouvement de la vie,

la stabilité est confortable,

mais mortifère,

l’instabilité source d’inquiétudes,

mais vivifiante.

La vie est totalement imprévisible,

laissons là nous cueillir de temps en temps.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page