top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Les petites voix.

La petite voix, celle qui vous dit

« allez, ressers-toi une deuxième fois »

ou encore « vas-y prends, c’est donné »,

même quand ça ne l’est pas.

C’est celle du striatum,

logé au milieu de notre cerveau

à l’écoute de tous les ragots,

toujours à comparer et à en vouloir plus.

C’est notre distributeur automatique de dopamine.

Trop puissant, on ne peut pas lutter contre les désirs

qu’il nous propose d’assouvir,

on peut seulement ne pas faire tout

ce qu’il nous dit de faire

en écoutant l’autre voix.

Celle qui nous dit « stop, ça suffit »,

« non, tu ne peux pas faire ça »,

« Arrête de vouloir être le chef pour être le chef »,

mais non tu n’as pas « besoin » de partir en vacances

à l’autre bout du monde.

C’est la voix claire du cortex préfrontal,

elle ne peut pas empêcher le striatum de parler,

mais elle nous invite à ne pas l’écouter tout le temps.

Le paradoxe, c’est qu’il faut quand même écouter

le striatum quand il nous alerte des dangers

et qu’il nous donne ce coup de pouce

tous le jours pour nous donner envie de faire.

Bref, «Un homme , ça s’empêche .. » comme disait Camus

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Le contenu et le contenant

Un déménagement heureusement prend un certain temps. Ce temps permet de prendre conscience de la quantité d’objets inutilement accumulés de la beauté oubliée de certains, des souvenirs toujours vivace

Comentarios


bottom of page