top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Les racines des mots.

Les mots surgissent sur la page blanche

comme les coquelicots au-dessus de l’herbe verte.

On ne sait jamais exactement quand ils apparaitront.

Ce n’est pas une affaire de volonté, mais de temporalité.

Dans les deux cas , il faut quand même

avoir préparé le terrain,

qu’il soit suffisamment nourri et abreuvé

le plus régulièrement possible

d’une variété diverses de nutriments,

que la température soit la bonne

et bien entendu que la lumière du soleil

maintienne l’éveil.

Les mots sont aussi proches des arbres

avec leurs ramifications aériennes

comme souterraines qui tissent des liens improbables.

Une feuille à quinze mètres de haut dialogue

avec le filament d’un champignon au contact

de l’extrémité d’une racine à dix mètres sous terre.

L’une connait l’air, le vent, la lumière

quand l’autre ne connait que le noir

et l’humidité de sa cave.

Pourtant, les deux participent de la vie de l’arbre.

Le sens des mots agit de même,

des mots qui a priori n’ont rien à faire entre eux vont

se lier et faire surgir un sens inconnu,

c’est bien une forme de vie, un inattendu qui surgit.

Pour l’arbre comme pour les mots,

l’énergie du temps est un ingrédient essentiel.

Un arbre ne pousse d’un seul coup,

celui qui arrange les mots entre eux

pour leur donner un sens, non plus.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page