top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

On ne meurt pas deux fois.

La mesure n’est pas

du domaine du combien.

Le plaisir n’est pas du même ordre

que le bonheur.

La mesure comme le bonheur ne se comptent pas.

On sait que la mesure est entre deux excès,

mais où exactement, à combien ?

Le combien, ça additionne,

ça accumule, ça multiplie.

Certains pensent qu’en

additionnant les plaisirs,

ils atteindront le bonheur.

Mais le bonheur n’est pas un but.

En cherchant à l'atteindre,

il nous file entre les mains,

alors que le plaisir nous colle aux doigts.

En arrivant à le voir, le bonheur,

quand il se présente à nous,

on peut peut être dire merci intérieurement

mais surtout le laisser tranquille

et faire quelques pas avec lui.

En imposant à la vie un but,

on cherche à obtenir quelque chose

et on oublie que le bonheur

est plutôt dans un abandon,

un don de quelque chose.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page