top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Sa peau et la mienne.

Il me raconte les drames de sa vie,

chaque recoin en est rempli de souffrances

et regorge de désillusions.

Je baisse la tête.

Pourtant, il sourit.

J’ai été percuté par son histoire.

Je ne sais comment réagir.

Il sourit toujours.

J’ai fait preuve d’une grande écoute,

d’empathie comme dirait le sens commun.

Je me suis mis à sa place.

C’est bien le problème.

Il s’agit toujours de moi, pas de lui.

Je regarde ses difficultés avec mes yeux, pas les siens.

Il faudrait que je chausse ses lunettes, enfile sa peau.

Il faudrait que je m’abandonne vraiment

pour me glisser dans la sienne.

Là, peut-être,

serais-je vraiment à sa place,

et alors, je me mettrais à sourire avec lui, non ?

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page