• Arthur Baudon Vernet

Sa peau et la mienne.

Il me raconte les drames de sa vie,

chaque recoin en est rempli de souffrances

et regorge de désillusions.

Je baisse la tête.

Pourtant, il sourit.

J’ai été percuté par son histoire.

Je ne sais comment réagir.

Il sourit toujours.

J’ai fait preuve d’une grande écoute,

d’empathie comme dirait le sens commun.

Je me suis mis à sa place.

C’est bien le problème.

Il s’agit toujours de moi, pas de lui.

Je regarde ses difficultés avec mes yeux, pas les siens.

Il faudrait que je chausse ses lunettes, enfile sa peau.

Il faudrait que je m’abandonne vraiment

pour me glisser dans la sienne.

Là, peut-être,

serais-je vraiment à sa place,

et alors, je me mettrais à sourire avec lui, non ?

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos