top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Sa peau et la mienne.

Il me raconte les drames de sa vie,

chaque recoin en est rempli de souffrances

et regorge de désillusions.

Je baisse la tête.

Pourtant, il sourit.

J’ai été percuté par son histoire.

Je ne sais comment réagir.

Il sourit toujours.

J’ai fait preuve d’une grande écoute,

d’empathie comme dirait le sens commun.

Je me suis mis à sa place.

C’est bien le problème.

Il s’agit toujours de moi, pas de lui.

Je regarde ses difficultés avec mes yeux, pas les siens.

Il faudrait que je chausse ses lunettes, enfile sa peau.

Il faudrait que je m’abandonne vraiment

pour me glisser dans la sienne.

Là, peut-être,

serais-je vraiment à sa place,

et alors, je me mettrais à sourire avec lui, non ?

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page