top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Sa peau et la mienne.

Il me raconte les drames de sa vie,

chaque recoin est rempli

de souffrances et regorge de désillusions.

Je baisse la tête.

Pourtant, il sourit.

J’ai été percuté par son histoire.

Je ne sais comment réagir.

Il sourit toujours.

J’ai fait preuve d’une grande écoute,

d’empathie comme dirait le sens commun.

Je me suis mis à sa place.

C’est bien le problème.

Il s’agit toujours de moi, pas de lui.

Je regarde ses difficultés avec mes yeux, pas les siens.

J’ai envie de pleurer alors que lui sourit.

Il faudrait que je chausse ses lunettes,

enfile sa peau. Il faudrait que je m’abandonne

vraiment pour me glisser dans la sienne.

Là, peut-être, serais-je vraiment à sa place,

et alors, je me mettrais à sourire avec lui, non ?

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'un, puis l'autre.

La valeur de l’héritage est un leurre social. La transmission importe plus, il ne s’agit pas de transmettre des terres, des pierres, des entreprises, de l’argent, ni même des valeurs morales, mais de

La Pentecôte.

Ils se mirent à parler toutes les langues… À s’exprimer suivant le don de l’esprit… Chacun parle sa langue et l’autre le comprend immédiatement, voire intrinsèquement, une communication totale. Cette

Le déménagement

Un déménagement précède un emménagement. C’est comme le décollage et l’atterrissage, la gare de départ et celle d’arrivée. Entre les deux, un mouvement spatio-temporel qui nous égare. Nos émotions, no

Comentários


bottom of page