• Arthur Baudon Vernet

Soi et soi.

L’un a faim plus que l’autre

L’autre est plus calme,

à l’écoute, souriant, prévenant.

L’un est impatient,

ne pense qu’à lui

avide de possessions.

L’autre aussi généreux que curieux

s’intéresse à tout.

L’un se soucie uniquement

de ce qui peut satisfaire

sa petite personne

qu’il juge pourtant grande.

L’autre se satisfait

de ce qu’il a et

de ce qui lui arrive.

L’un veut tout contrôler

pour être maitre de son destin.

L'autre est drôle et intelligent.

L'un est cassant et stupide.

L’un est noir.

L’autre est blanc.

Ce sont des loups.

Lequel va dévorer l’autre ?

Celui que vous aurez nourrit le plus.

Il faut vraiment faire attention

à ce à quoi on fait attention.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau