• Arthur Baudon Vernet

Soi et soi.

L’un a faim plus que l’autre

L’autre est plus calme,

à l’écoute, souriant, prévenant.

L’un est impatient,

ne pense qu’à lui

avide de possessions.

L’autre aussi généreux que curieux

s’intéresse à tout.

L’un se soucie uniquement

de ce qui peut satisfaire

sa petite personne

qu’il juge pourtant grande.

L’autre se satisfait

de ce qu’il a et

de ce qui lui arrive.

L’un veut tout contrôler

pour être maitre de son destin.

L'autre est drôle et intelligent.

L'un est cassant et stupide.

L’un est noir.

L’autre est blanc.

Ce sont des loups.

Lequel va dévorer l’autre ?

Celui que vous aurez nourrit le plus.

Il faut vraiment faire attention

à ce à quoi on fait attention.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais exactement comme on l’avait imaginé. Si c’est le cas c’est qu’on est en apesanteur, aucun frottement pour p

Chaque jour est une page blanche sauf que pour beaucoup, elle est déjà écrite. Ils tournent les pages du livre de leur vie remplis d’injonctions, de rendez-vous, de rencontres programmées. Il ne s’agi

Le contrôle par notre cerveau frontal droit nous ramène sans cesse au réel. Seul durant le sommeil paradoxal , c’est-à-dire quand notre corps est inerte mais notre activité cérébrale aussi bouillonnan