• Arthur Baudon Vernet

Une goutte de vie

Dernière mise à jour : 16 nov.

Quand elle est trop éloignée de nos habitudes, cette nouveauté va nous percuter et rebondir sur nous.

Nous y sommes imperméables, comme la vitre sur laquelle s’écrase la goutte de pluie.

Mais si nous sommes curieux, c’est-à-dire ouvert sur autre que nous, cette porosité

va permettre à la goutte d’eau de s’immiscer dans les fibres de coton de cette chemise que nous portons.

Nous allons expérimenter la fraicheur de l’eau au lieu de la douceur du coton.

Nous allons éprouver la nouveauté.

Enrichir nos sensations « d’agréable » si le contexte est une chaleur sèche étouffante,

alors nous convoquerons des milliers de gouttes d’eau à suivre la première.

Désagréable, quandune seule goutte nous glace le corps tout entier.

Peu importe, mais nos habitudes seront changées, nos a priori ébranlés.

Si en plus, au fin fond de nous-mêmes, un désir de comprendre, c’est-à-dire une capacité à douter est là,

alors nous accueillerons cette goutte d’eau comme la terre la reçoit.

La terre et l’eau ne feront qu’un, il suffira d’un éclat de lumière pour qu’une vie,

une nouveauté, qui n’était pas là juste auparavant jaillisse.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos