• Arthur Baudon Vernet

Une histoire de pêcheur.

L’intention du geste de peinture

ou d’écriture se nourrit de la même source.

Son expression diffère pour mieux rendre

compte de la réalité aux autres.

Dans les deux cas,

c’est un afflux de vitalité

qui irrigue la main.

Ce flux est d’abord intérieur

sous une autre forme,

il requiert un temps d’imprégnation

pour pouvoir ensuite se transformer

afin de se rendre visible et lisible

par soi et par les autres.

Etre conscient procède du même ordre,

il faut un effort d’attention

et un temps de maturation

pour pouvoir peut-être toucher

la conscience et finalement l’apercevoir.

L’écriture, la peinture, la création en général

participent de la même dimension.

Un effort d’attention

sur ce qui est hors de nous

et sur ce que nous sommes

à l’intérieur de nous-mêmes.

Se laisser transpercer par le monde

et restituer aux autres

le dépôt que nous en avons extrait

par le tamis de la conscience.



5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos