top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Une question de nez

L’éclairage de la connaissance illumine

le sujet d’un jour toujours renouvelé

avec chaque nouvelle connaissance.

Pour un nez,

il n’y a pas de mauvaises odeurs par exemple.

Il va sans cesse analyser

ce qui se présente à son organe de détection

puiser dans sa bibliothèque

parmi les 1 500 odeurs mémorisées

identifier les composants

de l’alliage de molécules qu’il a senti.

Un peu comme un ethnologue

qui face à un être humain va observer,

comparer dans les bases de données

accumulées depuis des centaines d'années

par ses prédécesseurs et lui même

pour qualifier l’humain à qui il a affaire.

Il en va peut-être des humains

comme des parfums,

il n’y en pas de mauvais, ni de bon

seulement un alliage dont l’alchimie est différente.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page