• Arthur Baudon Vernet

Visite d'atelier.

Ses sculptures questionnent celui qui les regarde.

Celui qui ne fait que les voir

sera dispensé d’une réponse tout en restant le bienvenue.

Le mot d’ordre est liberté.

Accueillis dans cet univers les visiteurs

seront salué par un, deux, trois, puis dix, vingt , trente,

cinquante, cent troncs sculptés redevenus forêt.

Une forêt de bois mort certes, pourtant tellement vivante.

Elle est dépositaire d’une énergie,

celle des arbres, et d’une vitalité,

celle de Marc Nucera, qui transpire dans les interstices

qu’il a su creuser, découper, sculpter.

L’invitation est à la vue plutôt qu’au toucher,

une ruralité abreuvée de nature et pas lissée

par la sophistication urbaine

qui préfère souvent le sensationnel au sensible.

Ici, le regardeur est véritablement cueilli par son monde.

Ses oeuvres ne sont pas manifestation d’un égo,

mais sa façon de restituer aux autres

ce qu’il a reçu depuis 35 ans.

Son matériau est l’arbre, le tronc de l’arbre.

Son outil, le fer. Le métal

qui va prolonger sa main pour construire des vides

dans ce plein totalement plein du tronc.

Il ne s’agit pas d’évider un plein, mais de magnifier un tout.

Il ne s’agit pas de design beau et utile,

mais d’art qui est à la fois indispensable et inutile.

En magnifiant l’arbre mort, en le transformant

non pas en buche ni en planche utilitaires

mais en oeuvre d’art,

il parvient à prolonger l’existence d’un vivant

dont la vie dépasse largement celle de l’homme,

il métamorphose la matière première en autre chose

comme du sable en verre.



4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos